Les combats de chiens, une parité cruelle

L’argent est roi sur ce monde que certaines personnes n’hésitent pas à recourir à une méthode barbare pour l’obtenir. Maintenant qu’il n’existe plus des paris sur les affrontements sanglants des gladiateurs, beaucoup de personnes participent actuellement au combat des chiens. C’est une action de véritable barbarie qu’on ne pense qu’à l’argent sans songer au bien de ces animaux.

Malgré les lois qui ont été instaurées dans certains pays interdisant cette activité comme acte de cruauté envers les animaux, bon nombre de personnes la pratiquent illicitement pour l’amour de l’argent et de la violence.

Selon les organisateurs, les races les plus utilisées sont les Pitbulls et les Terriers, étant donné qu’ils sont les plus robustes et les plus résistants au combat. Toutefois, ce sont des êtres vivants qui peuvent souffrir tout comme les êtres humains. À force de les dresser pour devenir des monstres sanguinaires, ils souffrent mentalement et physiquement pour l’unique intérêt de son maître et du public. Rappelons qu’il n’existe aucune bestiole capable de nous offrir une affection pure et sans intérêt que le chien, on dit que c’est le meilleur animal de compagnie de l’homme et il n’est pas de nature offensive. L’agressivité est le résultat d’une douleur mentale et de la maltraitance que son maître lui a infligé pendant des mois voire même des années.

Les maîtres des chiens combattants sélectionnent leurs futurs lutteurs en choisissant la race des nouveau-nés. Seuls les jeunes chiots  issus de la race recherchée qui sont gardés. Les restes sont immédiatement éliminés. Puis vient le moment de l’entraînement cruel pendant lequel les sélectionnés vont devoir éprouver jusqu’au jour du combat. Ils seront battus, ligotés, affamés et isolés. On utilise parfois des décharges électriques pour qu’ils ne lâchent pas prise lors du combat. Ils seront ensuite testés en les lâchant sur des rats, des chats ou des chiens volés utilisés comme proies pour voir ses aptitudes et ses compétences. Les chiens faibles sont abattus immédiatement et seuls les plus forts qui sont gardés pour le pari.

Les combats sont organisés par des groupes de personnes ou des mafieux et se déroulent dans des endroits isolés notamment des bâtiments abandonnés pour fuir les autorités policières. Excités par les agissements de la foule, les combattants assoiffés de sang et de la violence deviennent encore de plus en plus enragés dans l’arène. Plusieurs combats ne durent que quelques minutes lorsque l’un des lutteurs verse son premier sang. D’autres sont des affrontements à morts où il n’y aura de vainqueur que si l’un des deux succombe. Ceux qui subissent des blessures graves sont abattus sur le champ, car il est impossible de les emporter chez un vétérinaire par peur d’être accusé pour avoir participé à un acte illégal. Les plus chanceux arrivent à survivre après le combat et recueillis par des associations ou des personnes charitables.

Parier sur ces combats de chiens est encore plus cruel. Et pourtant, il existe encore des pays qui autorisent cette activité.

Heureusement qu’à nos jours, il existe des organisations soutenues par le gouvernement pour la lutte contre le combat des chiens. Celles-ci encouragent tout le monde à respecter le droit des animaux domestiques et à arrêter toute sorte de cruauté qu’on fait endurer à ces êtres adorables. On constate que beaucoup de personnes sont désormais livrées à la police pour avoir organisé des combats de chiens. D’autres ont pu s’échapper ou libéré parce que l’autorité n’a pas priorisé l’affaire et distinguant celui-ci comme crime minime sans importance.

Luttons ensemble ces malfaiteurs et appuyons les actions des associations animalières pour sauver la vie des chiens combattants. 

Les chiens peuvent-ils être végétariens ?

Tout comme les êtres humains, les chiens peuvent également être vegans. À condition bien sûr de lui offre une alimentation équilibrée et nutritive. Si vous êtes végétarien et que vous souhaitez que votre chien le soit également, découvrez tout ce que vous devez savoir dans cet article.

Régime végétarien : les étapes à suivre

Avant de commencer, vous devez garder à l’esprit que d’une part, ce régime est fortement interdit aux chiens souffrant d’un problème de santé et aux chiens de travail, mais également aux chiots qui ont besoin de viandes pour renforcer leurs os. D’autre part, cette diète ne se fait pas du jour au lendemain au risque de nuire à votre gentil compagnon. Enfin, une consultation d’un vétérinaire doit se faire au préalable.

Comme pour les humains, le changement d’alimentation de votre chien doit se faire petit à petit en introduisant au fur et à mesure les croquettes végétariennes pour chien dans son alimentation. Sachez que le choix des croquettes dépend de plusieurs critères, dont la santé, l’âge ou encore l’activité de votre meilleur ami. C’est seulement lorsque son organisme s’est habitué aux croquettes vegans que vous pouvez le nourrir avec des produits frais, humides et végétariens.

Les bienfaits de ce type de diète

Il a été prouvé que l’alimentation végétarienne garantit une plus grande longévité pour votre chien. En effet, elle est considérée comme étant plus équilibrée et plus saine pour votre animal de compagnie. Contrairement aux viandes, les légumes contiennent beaucoup d’antioxydant et de protéine qui sont bénéfiques pour la santé et le bien-être de votre animal. C’est pourquoi la consommation de ces aliments offre à votre compagnon une durée de vie plus longue.

En effet, ce type d’alimentation réduit l’absorption de matières grasses et gardent votre chien des problèmes d’obésité. Grâce à l’oméga 3 et l’oméga 6 contenus dans ces nourritures, votre meilleur ami dispose de la quantité d’acides gras nécessaire lui permettant d’être à l’abri de tout problème cardio-vasculaire. De plus, la présence d’acide gras équilibré dans son organisme est excellente pour le renouvellement des cellules.

L’alimentation d’un chien végétarien

Votre compagnon doit avoir une alimentation bien équilibrée. Ainsi, il est important qu’elle contienne des fruits, des légumes et des céréales. Sachez que votre animal de compagnie digère facilement les légumes secs riches en lipides et en nitrates comme les lentilles, les haricots, etc. Ils sont recommandés pour augmenter son énergie.

Revue du roman « Le joueur » de Fiodor Dostoïevski

Êtes-vous un amateur de jeux de casino ? Vous avez probablement déjà entendu parler du roman « Le joueur » écrit par Fiodor Dostoïevski. Écrit avec passion et beaucoup de réflexion, cette histoire marque par ailleurs celle des casinos et de tout ce qui se fait dans ce monde. Découvrez.

L’histoire…

L’écrivain s’appelle Fiodor Dostoïevski. Ce fut vers l’année 1866 que le roman parut grâce à l’éditeur Stellovski. Pressé, ce dernier voulait que ce soit une œuvre de crime, ce que son auteur a réussi à faire bien que vous les contraintes et les pressions.  

L’histoire parle de celle d’une famille qui habite en Allemagne, à Roulettenbourg plus précisément. Le parrain est un général fauché et vieux, d’une fille qui s’appelle Paulina ainsi que de deux enfants. Cette famille est au bord de la faillite et n’espère se relever que par l’héritage que Baboulinka leur laissera. Après quelque temps, la tante du général arrive en ville et loge chez la famille. Très vite, elle découvre le casino et n’arrête pas de jouer à des jeux jusqu’à en devenir dépendante.

Mais le personnage qui nous intéresse ici c’est en réalité celui du percepteur Alexeï Ivanovitch qui est d’ailleurs au service de la famille. Par amour pour Pauline, la belle-fille du général, il accepte de replonger dans le jeu pour que celle-ci puisse régler ses dettes. Mais très vite, il devient de plus en plus addict aux roulettes, comme il l’a été avant d’ailleurs, se lançant alors dans des chemins aussi audacieux que dangereux, fréquente les plus sadiques des joueurs pour assouvir des besoins en jeu, tout en se noyant dans les aventures de la famille du général.

Ce qu’on peut en tirer

Le roman de Dostoïevski n’est rien d’autre que ce qui arrive chaque jour à de nombreux de joueurs. Convaincu de pouvoir gagner, toujours gagner plus, le joueur finit par se perdre dans le labyrinthe des jeux et des roulettes, jusqu’à ne plus voir ce qui est vraiment important pour lui. Le personnage principal de ce roman était aveuglé par l’amour, mais aussi par l’envie de gagner encore et encore. D’autant plus qu’au final, il s’est fait trahir par ce qu’il croyait être l’amour de sa vie. On imagine une histoire romantique certes, mais horrible pour un homme aussi amoureux que lui.

Qui plus est, Alexeï n’était pas un joueur au début. Il savait juste qu’il pouvait jouer et peut-être gagner un jour. Mais comme c’était la seule solution qui s’offrait à lui, il n’avait pas d’autres choix que de se laisser faire. Toujours par amour. Le temps passait et cet homme très simple au début est devenu un esclave du jeu et presque de cette famille tourmentée.

Dans la réalité, l’auteur de ce fabuleux roman n’a fait que rendre publics ses vécus en écrivant ce livre. C’était son histoire, dans les rues mêmes de Roulettenbourg, cette ville d’Allemagne où ce sont les casinos qui ornent les ruelles et les places publiques.

Peut-on donner un animal de compagnie en cadeau ?

Un animal de compagnie, comme son nom l’indique est destiné pour être un ami pour quelqu’un. Cette personne peut être un enfant, un senior, une amie, un collègue ou un parent pourquoi pas. Quoi qu’il en soit, un animal est aussi un être vivant que l’on doit prendre soin. Offrir ainsi un animal de compagnie en cadeau est-il une bonne ou une mauvaise idée ? Faisons le point.

Les « pour »

Le premier avantage de donner un animal de compagnie comme cadeau est que cela contribuera au bien-être de celle ou de celui qui le recevra. Encore faut-il que cette personne aime les animaux. Habituellement, lorsqu’on décide d’en offrir à une personne, c’est que celle-ci en a réclamé. Les enfants principalement raffolent des animaux de compagnie tels que les chiens, les chats ou même les rongeurs. En leur offrant un donc, vous les rendrez heureux.

Si vous avez une personne en situation de handicap ou un grand parent qui se plaint souvent de la solitude, lui offrir un animal de compagnie est une excellente idée. Quoi de mieux d’ailleurs que d’avoir comme compagnon un être qui nous comprend mieux qu’un chien par exemple ?

En choisissant d’offrir un animal de compagnie comme cadeau, vous ne faites pas uniquement un geste à la personne qui le reçoit, mais aussi à l’animal. Ceci dit, le plus souvent, ce genre d’animaux reste dans leur cage, dans l’animalerie, jusqu’à ce qu’une personne cherche à l’adopter. Bien sûr, ils sont bien nourris, bien soignés là-bas, mais il est toujours mieux pour eux de rencontrer un maître qui les chérira jusqu’à la fin de leur jour.

Les contre

Offrir un animal de compagnie en cadeau n’a pas que des avantages. Il y a aussi des inconvénients et ceux-ci pèsent même plus lourd selon certaines personnes ou certains instituts comme la Société de protection des animaux par exemple.

La réalité est qu’on ne donne pas un animal à une personne juste comme ça et encore moins à un enfant. Premièrement, on ne choisit pas un animal sur un coup de tête, sans que son futur propriétaire soit là. Ce dernier doit aimer, chérir, soigner l’animal qui sera sien plus tard. De ce fait, si vous faites une surprise à votre enfant par exemple en lui offrant un chien ou un chat, qui vous dit qu’il va l’aimer s’il n’était pas là pour le choisir ?

Ensuite, avoir un animal de compagnie implique des responsabilités. On n’adopte pas un chien ou un chat ou même un cheval juste parce qu’on l’a trouvé mignon. N’oublions pas que cet animal sera le compagnon de son propriétaire tous les jours de sa vie. Il faut le nourrir, le nettoyer, le soigner, l’emmener chez le vétérinaire quand il est malade, le rassurer… , c’est un peu comme un petit enfant qui demande toute votre attention et de votre temps, sans parler de votre énergie.

A male perched on a ripe guava. The males can be distinguished by their light blue throat patch as seen here. There were many of these parrots about. This particular bird was just about 15 feet from me outside the window. There were Bulbuls and Barbets also which lead to a bit of jostling for the few fruits remaining. The Barbets with their stout bodies and larger size were the winners taking the best fruits. These parrots, though the smallest in size, were hardy in nature and so got their share of the spoils. Their good grip making it hard for them to be dislodged. The delicate Bulbuls were the clear losers but made up for it by looking for insects and worms amongst the leaves.

Si vous voulez donc offrir un animal de compagnie à quelqu’un, assurez-vous d’abord que celui-ci adore les animaux. Mais surtout, demandez-lui s’il est prêt à s’en occuper chaque jour, assurez-vous qu’il en prend toutes les responsabilités que cela implique. Si la personne en question est un enfant, ne vous attendez sûrement pas à pouvoir lui confier entièrement l’animal. Vous aussi, vous aurez votre part de responsabilité en apprenant à l’enfant comment s’occuper de l’animal, mais surtout en prenant soin de ce dernier jusqu’à ce que l’enfant soit capable de le faire seul.

Bref, il n’y a rien de mal d’offrir un animal de compagnie en cadeau. Assurez-vous juste que celui qui le reçoit pourra bien s’en occuper.

Revue sur « The gambling Lady »

On ne naît pas joueur, on le devient. Et certaines personnes ont cela dans les veines. Le plus remarquable, c’est que même si celles-ci ne l’ont pas dans les veines, elles l’ont eu de leurs parents par exemple. Oui, au final, les enfants observent et refont les mêmes choses que les adultes. Que ce soit bien ou mal. Découvrez l’histoire émouvante de « The gambling Lady » évoquant le dur héritage que son père a laissé à une petite fille aussi forte que déterminée qui n’est autre que le jeu.

L’histoire

Elle s’appelle Lady Lee, fille d’un grand joueur du nom de Mike Lee. À l’époque où elle vivait, ce fut un syndicat professionnel qui a dirigé la plupart des établissements des jeux de hasard de la ville. Bien sûr, ce n’était pas tout rose, les classes sociales se mêlaient, les tricheurs et les malhonnêtes dominaient les salles de jeux. Mais cela n’empêchait pas Mike Lee, un homme droit de profiter de ses activités favorites qui sont les jeux de hasard. Malheureusement, l’histoire ne se terminait pas bien pour ce père qui a préféré se donner la mort plutôt que de devenir malhonnête, laissant ainsi une petite fille. Puisque oui, c’était un homme bien qui avait des principes et qui ne voulait en aucun cas bafouer son intégrité.

Mais tel père, telle fille, comme on dit…très vite, cette dernière s’est aussi passionnée au jeu, devenant du jour au lendemain une héritière du jeu farouche et déterminée. Tout ce qu’elle voulait c’était gagner et rien d’autre.

L’histoire est pimentée par la présence Garry Madison, un jeune homme riche qui tomba naturellement amoureux d’elle.

Les critiques

Selon les nombreuses critiques de ce film, il n’avait finalement rien d’extraordinaire. C’était juste une histoire qui a failli bien commencer. C’était aussi une histoire d’amour entre deux personnes d’un milieu très différent. Lady Lee était tout de même une femme distinguée que tout le monde respectait bien qu’elle partait de zéro, elle est très vite devenue une icône des jeux dans un monde qui lui appartenait. Le scénario était tout de même très bien réalisé pour un film des années 30.

Ce que nous pouvons aussi tirer de cette histoire, c’est que l’honnêteté reste toujours une valeur sûre, même dans ce genre d’activités. Jouer est une chose, jouer bien sans tricher en est une autre et c’est d’ailleurs vivement recommandé. C’est aussi comme cela que cette jeune femme a bâti ses réputations. Car c’était le seul moyen pour elle de se démarquer de ce milieu qui est le plus souvent destiné aux hommes. Et grâce à cela, elle était mieux respectée dans son domaine malgré qu’elle était une femme.